La vie a repris son cours...

Publié le par Warnless

Hameau des Braches, 1946...

 

 

Fouiller dans les archives de sa commune peut parfois s'avérer fructueux.

 

Au lendemain de la Libération, plusieurs équipes de techniciens ont été chargées de sillonner la France de fond en comble.

 

Le but de cette initiative, commanditée par différents ministères dont ceux de l'Agriculture et de l'Industrie, était de

dresser l'inventaire des ressources disponibles. Il s'agissait d'orienter efficacement la politique étatique qui a été mise

en oeuvre pour redresser l'économie du pays, rendue exsangue pour les raisons que l'on sait.

 

Chaque équipe incluait un photographe professionnel. Ce dernier avait également pour tâche de remettre le double des clichés réalisés à la mairie de chaque commune visitée.

 

Les images qui suivent proviennent de cette campagne d'investigation. La date n'est pas précisée, mais les prises de vues remontent très probablement à l'année 1946.

 

A2.JPG

 

Si l'on ignore à qui appartiennent les automobiles au premier plan (une Matford et une Renault Viva Grand Sport, qui ont toutes deux traversé la guerre sans encombres), nous sommes en mesure d'affirmer que le conducteur de ce vieux tracteur Fordson F de 1917 n'est ni plus ni moins que l'éternel Anselme Miyadeut (décédé en 1970 à l'âge de 101 ans).


Au loin, se découpent les silhouettes d'une fourgonnette Simca 5 et d'un Peugeot DMA de 1941, fraîchement reconverti en bougnat.

 

A5.JPG

 

A6.JPG

 

A7.JPG

 

A8.JPG

 

A9.JPG

 

A10.JPG

 

A11.JPG

 

A12.JPG

 

A13.JPG

 

A1.JPG

Commenter cet article

Bibendum95 04/12/2012 21:42

Bravo Jean-Luc !
Le noir & blanc convient très bien à ces quelques véhicules bien choisis !
Et, comme toujours, tes jolies photos sont enveloppées dans une belle histoire intéressante…
Amicalement,
Patrick - Bib

Warnless 05/12/2012 20:45



Merci Patrick !


Les automobiles d'avant-guerre me plaisent terriblement. Je n'en possède pas beaucoup, mais la collection dédiée aux marques françaises disparues me permet de pallier ce manque.


Cordialement.


Jean-Luc.